Voici un article aperçu sur mugso.be (qui n’existe plus, malheureusement). Il me parait intéressant de le partager. Bonne lecture !

Vous êtes à la recherche d’un graphiste pour élaborer l’un de vos projets. Il s’agit probablement de la première fois, et vous n’avez aucune idée de comment vous y prendre pour trouver la perle rare. Voici 10 conseils pour trouver votre graphiste et bâtir une relation de qualité et de confiance avec lui.

  1. Graphiste ≠ Artiste

La première chose à savoir est que le métier de graphiste n’est pas le métier d’artiste. Un artiste crée une œuvre personnelle, qui peut avoir plusieurs finalités (représenter des sentiments, attirer l’attention publique, être purement abstraite…). Il développe généralement un style qui lui est propre. Un graphiste travaille quant à lui pour des entreprises qui souhaitent communiquer; il se doit d’adapter son travail graphique en fonction de la communication existante de chacun de ses clients.

  1. Choisir intelligemment son graphiste

Il existe plusieurs domaines différents dans le graphisme, chacun de ceux-ci requérant des compétences spécifiques. On peut citer par exemple le graphiste illustrateur, le metteur en page, le graphiste 3D, le webdesigner, le corporate… Vous devez donc vous assurer de trouver un graphiste avec suffisamment d’expérience en fonction des supports que vous souhaitez développer. Tout graphiste sérieux met son portfolio à disposition en ligne. Vérifiez qu’il contienne suffisamment de projets similaires, ou aussi complexes, que celui que vous voulez créer.

  1. Le Spec Work

Le spec work, c’est mettre en concurrence plusieurs graphistes, en ne payant que celui qui aura fait le meilleur projet. Un client peut être tenté d’utiliser cette méthode pour s’assurer d’obtenir un travail de qualité. Voici deux raisons pour lesquelles vous ne devriez pas utiliser cette méthode: La plus évidente est que c’est bien entendu irrespectueux envers les graphistes concernés, qui auront perdu du temps sur un projet non rémunéré. La seconde raison, c’est que vous n’aurez jamais l’occasion de bâtir une relation de qualité et de confiance avec un graphiste qui, au fil des différents projets, connait parfaitement les besoins, goûts et exigences de ses clients.

  1. Établissez un briefing

Trop souvent, les clients n’ont qu’une idée vague de ce qu’ils veulent. Votre graphiste est là pour vous conseiller, mais il n’arrivera probablement pas à comprendre ce que vous avez en tête si c’est encore confus pour vous. Répondez sur papier à ces questions: Quel est le produit/service à mettre en valeur, sur quoi faut-il communiquer? À qui sera destiné votre projet, quelle est la cible? Où souhaitez vous diffuser votre message, sur quel support? Pourquoi souhaitez-vous communiquer, quel est le but recherché? Assurez vous également que les textes qui devront être mis en page soient écrits de manière professionnelle et finalisés.

  1. Collaboration Horizontale

Souvent, les clients envisagent l’achat d’un projet graphique de la même manière qu’ils font leurs courses: commandé, livré, payé; implication minimale. Un bon graphiste est à voir comme un artisan qui fait du « sur mesure », qui réalise vos projets en fonction de vos envies et vos idées. Il est donc bien plus intéressant, pour vous comme pour lui, de travailler en réelle collaboration; ne soyez pas avare en commentaires et critiques, du moment que celles-ci restent constructives.

  1. Deadline

Dès le début de votre collaboration, faites part à votre graphiste des délais qu’il doit tenir. Il a certainement d’autres clients et donc d’autres projets en cours. Selon toute logique, il commencera à travailler sur un projet dont une deadline a été fixée plutôt qu’un projet « non-urgent ». Il est également important que vous prévoyez votre projet suffisamment à l’avance, car il ne faut pas oublier les délais supplémentaires, comme par exemple l’impression.

  1. Corrections

Les graphistes travaillent généralement par envois successifs de nouvelles versions, basées sur les corrections et commentaires que vous avez formulé sur la version précédente. Dans vos échanges de mails, préférez toujours un mail demandant à faire 10 corrections plutôt que 10 mails successifs demandant à faire 1 correction. Les graphistes ont en effet besoin d’avoir une vue globale sur toutes les informations à mettre en page; par exemple, seules quelques phrases à rajouter ou supprimer peuvent modifier considérablement une composition.

  1. Le prix

Différentes méthodes de facturation sont utilisées par les graphistes: facturation à l’heure, à la journée, au projet… Le prix demandé variera en fonction de son expérience dans le métier, de sa créativité et de la qualité de son service. Mais les graphistes doivent également amortir des coûts importants: matériel informatique de qualité, logiciels de conception graphique hors de prix mais indispensables… Fort heureusement, le point qui pèsera le plus dans la facture sera le temps passé sur votre projet. Pour avoir un devis le plus raisonnable possible, soyez donc bien précis sur le briefing de votre projet pour éviter les corrections inutiles qui plomberont votre budget.

  1. Cession des droits

Le graphiste crée des visuels; en tant qu’auteur, la loi prévoit qu’il est l’unique détenteur des droits sur cette œuvre. Il est donc important de toujours vous assurer que les droits vous seront cédés. Les contrats de cession de droits comportent généralement la mention d’une durée pour laquelle les droits sont cédés, sur quel territoire, quel est ou quels sont les droits cédés, qui reçoit ces droits…

  1. Restez en contact

Maintenant que vous avez trouvé votre graphiste, que vous avez déjà collaboré sur un projet… Ne le perdez pas ! Il aura eu le temps de comprendre vos besoins sur ce premier job, et sera donc encore plus efficace lorsque vous aurez à nouveau besoin d’un professionnel de la communication graphique.

Et vous, si vous deviez travailler avec un graphiste, quelles sont les questions que vous vous poseriez? Faites m’en part, votre avis m’intéresse.